Connect with us

BEAUTY

Jeûne Cosméto & Acné : La Révolution ?

Quand Un “Rien” Change Tout.

Il y a 7 ans, alors que je bossais comme stagiaire pour un magazine spécialisé dans la beauté, j’avais proposé à ma redac’ chef de faire un sujet sur le jeûne cosméto. L’idée de ce jeûne ? Stopper tous genres de soins pendant une période donnée. Mon article débutait ainsi : « Zoom sur le jeûne cosmétique, cette nouvelle tendance qui aiderait à retrouver une peau de bébé ». Pour être complètement honnête, on ne peut pas dire qu’il s’agissait alors d’une tendance fracassante. Peu de gens en parlaient, et sept ans après, on peut voir que ça n’a toujours pas décollé. Mais moi, portée par l’arrivée des détox en tous genres, j’étais sûre qu’il y avait quelque chose à creuser. Mais j’avais toujours en tête cette petite voix qui me disait que, clairement, arrêter de se laver et de s’hydrater le visage pendant 24h ou plus, c’est soit un suicide, soit un succès. Je ne voyais pas vraiment d’issue en demi-teinte pour une décision si radicale.

En tout cas, poussée par ma curiosité (et le « go » de ma rédac’ chef, of course), je me suis lancée dans la rédaction de cet article. J’ai alors eu le plaisir d’avoir le retour favorable de deux dermato renommées pour me donner leur avis sur la question. J’avais déjà travaillé avec elles et savais qu’elles ne partageaient pas à 100 % la même philosophie. Tant mieux ! Rien de tel que des avis différents quand on écrit un article, ça apporte du relief. Pourtant, cette fois, j’ai été assez surprise. En leur décrivant cette « tendance » dont elles n’avaient jamais entendu parler, elles en sont tout simplement venues à la même conclusion : oui au jeûne cosméto ! Pour l’une comme pour l’autre, c’était le moyen de remettre les compteurs à zéro, de rétablir l’équilibre cutané et de repartir sur de bonnes bases. Elles en étaient sûres, ce serait forcément positif pour la peau. Chacune m’a toutefois recommandé de suivre quelques principes avant de s’y mettre.

Entre autres :

  • Démarrer lors d’un changement de saison, quand l’organisme est plus enclin à subir des petits bouleversements
  • Le faire au moins une semaine, pour un vrai résultat sur la sensibilité de la peau, et au mieux un mois, pour un renouvellement cellulaire complet
  • Tenter l’expérience uniquement lors d’une période où l’on est assuré de ne pas être trop exposé à la pollution 
  • Privilégier des conditions climatiques relativement douces
  • Eviter le sport

Elles ont aussi insisté sur le fait que les peaux souffrant d’une pathologie (acné inflammatoire, rosacée…) devaient s’abstenir.

En clair, le principe d’un  jeûne cosmétique drastique (des versions plus lights sont totalement possibles au quotidien) c’est : On se lave le visage une dernière fois puis pendant au moins une semaine, on ne fait plus RIEN ! On ne se lave pas, on ne s’hydrate pas, on ne se rince pas. NADA
A la clef ? Une peau ++

Forcément, après avoir terminé mon article, je me suis juré qu’à la première occasion, je testerais cette détox aux mille promesses !

Bon, finalement, la première occasion a un peu tardé…

Pendant sept ans, cette idée est restée dans un coin de ma tête et j’y repensais régulièrement. Ça ne m’empêchait pas de toujours trouver une bonne excuse pour reculer l’expérience. La plus importante d’entre elles est que ce jeûne m’empêcherait de me maquiller et moi, avec mon acné et mes cicatrices, j’ai longtemps eu du mal à m’assumer sans maquillage.

Et puis, finalement, en 2020, il nous est tombé sur le coin du nez un événement sur lequel on n’aurait jamais parié. Un pandémie. Puis, un confinement. On a alors tous essayé de tirer un maximum de positif de cette situation merdique et pour moi, ça signifiait, entre autres, avoir enfin l’opportunité de tester ce fameux jeûne cosméto. J’ai aussi été pas mal motivée par mon mec qui essaie de me convaincre depuis un bout de temps d’essayer d’assumer ma peau telle qu’elle est, en acceptant le fait qu’elle ne définisse pas qui je suis.

Bref, le 16 mars 2020, je me suis lavé le visage une dernière fois. Puis, pendant 8 semaines, je n’ai plus RIEN fait. RIEN.

Les quelques heures qui ont suivi mon dernier nettoyage ? Horribles ! Ça tirait, ça brûlait, ça grattait… mais j’ai tenu bon. Le lendemain matin, tout allait bien. J’ai remarqué des petites sécheresses sur le front mais rien de grave. L’après-midi, j’ai fait du sport. Oui, je sais, un des principes était de ne pas en faire pour éviter tout risque d’irritation lié à la transpiration mais ça faisait quelques semaines que je m’étais remise à bouger et franchement, quand on arrive enfin à retrouver un peu de motiv’, faut rien lâcher. Je me suis simplement dit qu’au moment de la douche, je ferai juste couler un peu d’eau sur mon visage, pour un mini rinçage. Grosse erreur ! Même sans utiliser de savon, en sortant de la douche, les mêmes sensations que la veille redébarquent et j’ai encore des plaques sèches. Qu’à cela ne tienne ! Le lendemain, après ma séance de sport, j’ai rincé à l’eau thermale, et plus à l’eau courante. Ça allait déjà un peu mieux mais franchement, ça tirait toujours un peu et les plaques étaient toujours présentes. J’ai alors décidé de laisser tomber le rinçage, de vivre dans ma crasse (du visage) et de voir ce qui se passait. Au pire, ce serait la catastrophe, mais je pourrais toujours rattraper le coup avant de voir un autre visage que celui de mon mec.

Pendant 8 semaines, j’ai donc fait du sport quotidiennement. J’ai aussi fumé quotidiennement (pas bien). Et je me suis même exposée au soleil (j’ai pas fait la crêpe mais je me suis pas ruée à l’ombre dès qu’un rayon pointait son nez). En clair, j’ai pas vraiment suivi les recommandations, à part celles de tout laisser tomber.

Mais vous savez quoi ? Malgré mes écarts, j’ai vu ma peau se transformer au fil des jours et des semaines.
Ça a commencé par la disparition totale de ces petites plaques sèches, puis la diminution de la sensibilité de ma peau qui rougissait moins vite au toucher, puis la disparition des signes de déshydratation, ma peau étant devenue super confortable, puis la diminution des imperfections, puis la réduction nette de l’apparence de mes pores, et enfin, ENFIN, la disparition progressive de vieilles cicatrices d’acné.

Alleluia !

Franchement, rien qu’à l’écrire j’ai l’impression de faire une vieille pub pour un produit douteux en mode « Éliminez votre acné en seulement 8 semaines, résultats prouvés. Satisfait ou remboursé ! »

Mais punaise, sincèrement, je suis bluffée ! Un tel résultat sans même suivre les recommandations à la clef, c’est fou. Je pense que ce qui m’a le plus sidérée à été de voir à quel point la production de sébum s’équilibre rapidement, moi qui pensais avoir une peau mixte. Là, j’avais la peau souple, hydratée comme il faut et franchement pas sèche. Ma théorie est que, au quotidien, en utilisant des soins qui tapissent ma peau d’éléments exogènes, je venais perturber son microbiote cutané, à savoir l’équilibre entre toutes les bactéries présentes à sa surface. En arrêtant tout, je leur ai laissé l’opportunité de grandir et pulluler à leur guise sans qu’on vienne perturber leur « écosystème ». Et, comme la nature est bien faite, elles ont réussi à apporter de l’équilibre là où c’était le bordel. BIEN OUEJ !

En tout cas, depuis trois ans, j’avais déjà arrêté de me laver la peau le matin et j’avais vu une nette amélioration de mon acné et de l’état inflammatoire global de mon épiderme. Mon copain et moi en avions d’ailleurs fait un des principes phares de notre marque de cosméto, lancée en 2019. Et désormais, j’ai aussi décidé d’intégrer pleinement ce jeûne cosméto à ma routine visage.

Ainsi, passées ces 8 semaines, j’ai simplement recommencé à me maquiller un jour ou deux dans la semaine et donc, les soirs de ces journées-là, à me démaquiller, me laver et m’hydrater le visage. Je fais parfois un gommage et un soin, quand j’en ressens le besoin ou que j’ai envie de me faire plaisir.
Outre le fait de ne plus rien faire la grande majorité de la semaine, ce qui est quand même un gain de temps et d’argent incroyable (surtout pour moi qui pouvais clairement passer plus d’une heure par jour dans ma salle de bain ^^), j’ai aussi appris à sortir à visage découvert, sans me prendre la tête. Oui, j’ai encore des petites cicatrices, un bouton qui pointe le bout de son nez de temps en temps mais franchement, ça fait des années que je n’ai pas eu une peau aussi clean ! Depuis l’Australie à vrai dire, quand on a fait le tour du pays en voiture, dormi en tente sur des terrains poussiéreux, au bord de l’eau ou en forêt et qu’on ne trouvait pas tous les jours de douche pour se laver. Coïncidence ? Je ne crois pas.

Bref, un bien grand post pour parler de « rien » 😉

Mais, si je peux motiver certains d’entre vous à tenter l’expérience, ce sera déjà ça de gagné. Je pense particulièrement aux gens qui, comme moi, souffrent d’acné. Avant ça, j’avais littéralement essayé tous les traitements proposés par mon médecin, hormis le Roaccutane, car je n’étais pas prête à passer le cap. Rien n’avait fonctionné, si ce n’est l’huile essentielle d’origan, qui a été le seul « traitement » offrant un effet visible. Mais ce sera le sujet d’un autre article !

En tout cas, si le jeûne cosméto n’est pas toujours simple à mettre en place, ça vaut quand même le coup d’essayer. La preuve en photo !

Newsletter

1 Comment

1 Comment

  1. Mathieu

    25 juin 2020 at 17:29

    Genial, super article de fond j’adore

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Tendance

Cinéma : les femmes, toujours victimes de gérontophobie !

OPINION

Coronavirus : Liberté et confinement

MIND

Articles récents

Commentaires récents

Facebook

Étiquettes

Newsletter

Copyright © 2020 TwentyNine Magazine

Newsletter